Biodiversité

Un des mandats de l’IDDPNQL est de travailler à la préservation de la biodiversité au Québec et au Labrador, dans le respect des valeurs et des traditions des Premières Nations. Les projets développés dans ce secteur visent en particulier à préserver les espèces et les habitats ayant une importance particulière pour les Premières Nations, soit pour des motifs spirituels, culturels, alimentaires ou autres. Les espèces en péril et leurs habitats font aussi l’objet de projets, afin de contribuer à leur maintien pour les générations à venir. La plupart des projets comportent un volet de sensibilisation et/ou sont réalisés en collaboration avec le milieu communautaire.

Atelier de formation sur la conservation et la protection du poisson et de son habitat – 5, 6 et 7 novembre 2019

L’Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador a tenu un atelier de formation sur la conservation et la protection du poisson et de son habitat.

Les objectifs de l’atelier étaient de :

  • Comprendre les bases théoriques sur l’écologie aquatique et sur la biologie du poisson, ainsi que sur le contexte règlementaire de la protection du poisson et de son habitat;
  • Maîtriser les techniques pour la mise en place de mesures de restauration de l’habitat du poisson en eau douce;
  • Être en mesure d’effectuer le suivi, l’entretien et l’évaluation de projets de restauration en eau douce.

Documents disponibles :

Cet atelier de formation a été organisé grâce à la collaboration de :

  • Bureau Environnement et Terre d’Odanak;
  • Pêches et Océans Canada;
  • Water First;
  • FRi Ecological Services
  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs;
  • Environnement et Changement climatique Canada.

La formation a été rendue possible grâce au financement de Pêches et Océans Canada dans le cadre du Programme pour la participation autochtone à la protection du poisson et de son habitat.

Sauvegarde du Garrot d’Islande

L’IDDPNQL travaille en collaboration avec des communautés innues de la Côte-Nord à la sauvegarde du garrot d’Islande, une espèce en péril. Les activités réalisées sont inspirées du Plan de rétablissement du garrot d’Islande d’Environnement Canada (2013) ainsi que des besoins et intérêts des Premières Nations.

Les activités se déclinent annuellement en plusieurs activités : l’observation des garrots sur les lacs au printemps, l’identification des lacs sans poisson, le suivi et l’entretien des nichoirs en place en été, ainsi qu’une activité de sensibilisation-action jeunesse suivie de l’installation de nouveaux nichoirs en automne. Un dépliant informatif présentant la situation du garrot d’Islande (statut, biologie, répartition, menaces) ainsi que le projet en détail a été produit et distribué dans les communautés Premières Nations et organismes de la Côte-Nord.

De plus, l’IDDPNQL a réalisé une vidéo instructive sur le Garrot d’Islande ainsi que les projets menés pour sa sauvegarde. La vidéo est accessible en suivant le lien suivant :

Exemples de réalisations :

  • Ateliers d’information sur les aires marines protégées pour les gestionnaires de Premières Nations innues, malécite et mi’gmaq (en collaboration avec la SNAP-QC): Présentation de Russ Jones (Haida Oceans Technical Team) et Présentation de Patrick Nadeau (SNAP-QC) disponibles
  • Ateliers éducatifs et installation de nichoirs pour les garrots d’Islande sur les Nitassinan d’Essipit et de Pessamit
  • Ateliers scolaires et livre jeunesse sur les espèces fauniques à haute valeur culturelle et leurs habitats, publié en 6 langues : anishnabe, atikamekw, innu-aimun, mi’gmaq, anglais et français
  • Camp d’été sur l’environnement marin et les espèces marines en péril pour les jeunes de 6 communautés innues (en collaboration avec l’Agence Mamu Innu Kaikusseht)
  • Fiches d’information sur des espèces en péril: les couleuvres, la flore du Québec, les mammifères marins, les poissons, les tortues du Québec
  • Organisation d’une journée thématique de partage d’expertises et de préparation aux consultations, en lien avec les espèces en péril
  • Collecte de données concernant les besoins des Premières Nations pour obtenir des parties de l’anatomie des oiseaux de proie qui pourront être utilisées à des fins personnelles, cérémonielles, religieuses ou de médecine
  • Atlas des espèces en péril calqué sur le territoire de chaque Première Nation, identifiant les espèces, leur distribution générale, leurs lieux d’occurrence et leurs besoins en habitat
  • Recueil de connaissances traditionnelles, activité de cartographie participative et création d’une base de données scientifiques sur les espèces en péril